Sarah Baltzinger

Ses débuts

Sarah Baltzinger commence la danse contemporaine à l’âge de 18 ans. Initialement vouée à une carrière professionnelle dans le droit, elle décide de se consacrer à son amour pour les arts en entamant une formation autodidacte. C’est à Metz, dans sa ville d’origine, qu’elle se forme à la danse classique et contemporaine au sein de l’école Le Ban des Arts, dirigée par Marie-Jo Chatton et Béatrice Willaume. En parallèle, elle suit un cursus dans les Arts du Spectacle à l’Université de Lorraine, qu’elle complète par une formation professionnelle dans la gestion et l’administration de structures artistiques et culturelles. Par ailleurs, pour parfaire son éducation artistique, elle participe à de nombreux cours de danse hip hop, de théâtre, de théorie du cinéma, d’histoire de l’art, de design, allant même jusqu’aux arts martiaux, en passant par la musique et le chant. Ces multiples apprentissages nourrissent sa création chorégraphique d’aujourd’hui.

En 2010, elle intègre le jeune ballet de Peter Milka à Girona (Espagne). Ainsi, elle clôture sa formation à l’âge de 20 ans en dansant et en apprenant aux côtés de grands noms de la danse comme Olga Cobos, Rui Horta, Elena Fokina, Jordi Cortès, Peter Milka et Russel Malliphant.

 

Sa carrière

Sarah Baltzinger débute sa carrière d’interprète très tôt. En effet, elle n’a que 19 ans lorsqu’elle entre pour la première fois en compagnie avec la Cie Totum, dirigée par Marie-Jo Chatton, et danse pour  trois de ses créations (« L’instant », « Particules », « Le regard des autres ») et d’autres formes courtes.

En 2011, après sa formation au sein de la Compagnie CobosMika, elle intègre la cellule professionnelle de la compagnie dans laquelle elle assure un rôle de seconde distribution dans la création « WISH ». Elle travaille également avec la chorégraphe Laura Vilar à Barcelone, pour la création « Tatlin’s tower ». En 2013, Sarah Baltzinger danse pour la chorégraphe française Corinne Lanselle à Paris dans une création danse- théâtre intitulée « NON-STOP ».

 

En parallèle, Sarah Baltzinger dispense de nombreux cours de danse en France, au Luxembourg et en Espagne. C’est en 2014 que Sarah Baltzinger prend son envol avec la pièce « RAIN » de Bernard Baumgarten, directeur artistique de la Compagnie Unit Control et du TROIS C-L. Par la suite, elle intègre la Compagnie Helka, dirigée par Helder Seabra (assistant de Sidi Larbi Cherkaoui et Wim Vandekeybus), deux des grands représentants de la scène internationale contemporaine belge. Elle obtient le seul et unique rôle féminin de la création « When The Birds Fly Low, The Wind Will Blow » (2014), qui est alors présentée en Belgique, Allemagne, Italie et au Portugal.

Aujourd’hui, Sarah Baltzinger poursuit sa collaboration avec ces deux chorégraphes. Egalement, elle rejoint en 2017 la Compagnie Wayne Parsons Dance implantée à Londres pour la création de « Vestige », pièce en tournée depuis. Par ailleurs, elle est chorégraphe et interprète de la Compagnie Mirage, fondée en 2009, et dirige également la structure artistique luxembourgeoise SB Company a.s.b.l. depuis 2016. Depuis de nombreuses années, l’implantation de la chorégraphe au Grand Duché est très importante. Elle enseigne régulièrement au TROIS C-L – Centre de Création Chorégraphique Luxembourgeois dans le cadre du programme de formation continue pour professionnels et plus occasionnellement pour le Conservatoire National du Luxembourg, de Metz et l’Université de Lorraine.

Sarah Baltzinger compte à son actif deux créations White Beast (2016) et FURY (2017) qui lui ont valu divers soutiens dans la Grande Région, sur le Grand-Duché et une diffusion à l’international.

Suite au succès probant de sa participation au TALENT LAB 2018 mis en place par le Grand Théâtre du Luxembourg qui a acceuilli le premier volet d’un triptyque sur l’héritage et la transmission «WHAT DOES NOT BELONG TO US», Sarah Baltzinger a créée le deuxième volet «DON’T YOU SEE IT COMING», un solo accompagnée d’une performance musicale et prépare le troisième de sa recherche «ROUGE EST UNE COULEUR FROIDE». Récemment soutenue en tant que compagnie conventionnée par le Ministère de la Culture Luxembourgeois, elle travaille à la production d’une grande forme chorégraphique pour plusieurs artistes au plateau, toujours en lien avec sa recherche, pour l’année 2023.