White Beast

Telle la Théorie des Cordes, 

WHITE BEAST nous plonge au coeur des paradoxes pour approcher la notion d’infiniment petit et infiniment grand. Dans cette pièce interactive prenant la forme d’un solo chorégraphique, la danseuse évolue dans un espace contraint où elle doit orchestrer sa propre mise-à-nu. Son corps devient un transmetteur d’énergies magnétiques qui gravitent dans une dimension pluri-displinaire. Il s’agit d’offrir aux spectateurs un univers où l’alliance du corps, du son et de l’image se crée en un tout. Chaque vecteur entre en interaction avec l’autre, réagissant ensemble tel un seul et même organisme vivant. 

Entre synchronicité et désarticulation, la pièce évoque de façon sensible le voyage intérieur d’une femme. Rattachée à tout ce qu’elle eut été et sera, WHITE BEAST expérimente le présent et le processus d’acceptation face à ce que nous ne maitrisons pas. Telle une lutte interne, ce solo chorégraphique est un retour à son moi profond face à la Théorie du Tout. L’association des dimensions artistiques sur le plateau nous amène à créer un espace-temps, définissant une bulle de perception pour le spectateur qui devient observateur et acteur d’une expérience visuelle, gravitaire, chorégraphique et sonore. 

Une expérience sensorielle et émotionnelle.

Crédits

Distribution :

Chorégraphe Interprète : Sarah BALTZINGER

Création visuelle : Anthony ZOLLO

Création eclairage : Viviane DESCREUX

Création sonore : Guillaume JULLIEN

Costumière : Tania ZEKOUT

Photographie : Philippe GISSELBRECHT, Christophe JUNG et André Nitschke

Captation vidéo : Fensch Toast

Retrouvez plus d’informations sur la création en cliquant ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *