À propos

IDENTITÉ ARTISTIQUE

OMERTA – Short Dance Movie

LES ARTISTES :

–> Sarah Baltzinger

+ 00 33 6 81 54 85 50

info@sarahbaltzinger.eu 

–> Guillaume Jullien

+ 00 33 6 83 82 46 60

guityranos@hotmail.fr

PRODUCTION ET DÉVELOPPEMENT :

–> La Poulie Production

Frédéric Wirtz : 00 33 6 24 50 63 08

Victor Hocquet : 00 33 6 78 13 28 47

lapoulieproduction@gmail.com

Le travail chorégraphique

Sarah Baltzinger mène un travail de recherche interrogeant l’impact de notre environnement et des conséquences qu’il exerce sur nos identités.

Dans son travail chorégraphique, elle questionne divers enjeux socio-culturels actuels liés à sa génération; l’identité et ses représentations, l’individuel et le collectif, les symboles, l’aliénation sociale, notre histoire, la révolution numérique et sa place dans notre quotidien sont autant de sujets qui animent Sarah Baltzinger.

 

En 2018, l’artiste entame une recherche sur la thématique de l’héritage qui aborde ses grands axes de réflexion et s’inscrit dans une volonté de créer une série de petites formes qui s’articulera en triptyque :

  • WHAT DOES NOT BELONG TO US, création 2018, un duo masculin abordant les représentations socio-culturels de l’homme voyageant des prémisses éthero-normés du masculin au mouvement LGBTQ+. 
  • DON’T YOU SEE IT COMING, création 2020, un solo chorégraphique désarticulé accompagné d’une performance live techno. Prenant comme point de départ l’oeuvre Barbe Bleue de Charles Perrault , cet objet hybride illustre avec modernité et sous injection forte de références pop culture, les traumatismes générés par une masculinité toxique qu’implique la société patriarcale.
  • ROUGE EST UNE COULEUR FROIDE, création 2021, un duo chorégraphique qui aborde la thématique du monstre, entre sorcellerie, mythologie et musique rave, allégorie de la colère et de l’obsession. 

 

En 2023, Sarah Baltzinger proposera une création pour six danseurs et un musicien live sur la question d’aliénation sociale. Objet chorégraphique empruntant son genre au roman d’anticipation, ou dystopie, dépeignant un univers désaffecté où le dépérissement des émotions et le vide des actions ont éloigné les individus de leur nature profonde, les poussant à une forme d’aliénation. Cette création proposera une réflexion sur les passions, s’inspirant de la période romantique en résonance à l’urgence de la révolution numérique dans notre époque moderne.

 

 

LES THÉMATIQUES CROISÉES DE SA RECHERCHE CHORÉGRAPHIQUE

 

La question du genre et des inégalités sociales

Au travers de son travail chorégraphique, l’artiste tente de révéler les questions d’inégalités sociales dans l’environnement politique et socio-culturel. Il lui tient à coeur de valoriser la question du genre pour entrer dans une conception non binaire et éthéros-normée des individualités, visant à nous éloigner et nous libérer de certains postulats vieillissants, restrictifs et liberticides pouvant nourrir une société d’injonction. Prônant les libertés sexuelles et sensible au mouvement LGBTQ+, Sarah Baltzinger s’intéresse à l’humain, à la question du désir, du vivant et souhaite dépeindre des psychologies complexes et riches, cherchant à s’éloigner des constructions socio-culturelles héritées et normalisantes.

 

La question du numérique

L’artiste fait partie de la génération Post-Internet qui a vu naître l’accélération de l’information digitale, poussant à la productivité de l’individu. Elle observe le monde dont elle fait partie évoluer et concéder une place substantielle au virtuel, plongeant les individus dans l’idée permanente de représentation et de regard de l’autre. À l’heure d’internet, des médias et des réseaux sociaux, elle explore dans son travail le rapport du réel au virtuel, du corps à la machine et de la place de la technologie dans nos vies, poussant sa réflexion jusqu’à la notion de transhumanisme.

 

La question de l’aliénation

Depuis ses débuts, la question de l’aliénation est un enjeu fondamental du travail chorégraphique de Sarah Baltzinger. L’artiste puise son inspiration tant dans son héritage personnel que dans le monde qui l’entoure. Elle n’a de cesse d’observer une société soumis à de nombreux bouleversements intimes, politiques et sociaux où les habitus socio-corporels sont en constante mutation. Elle considère l’humain comme un champ d’exploration fascinant où les forces invisibles qui gouvernent le monde viennent s’incarner : amour, pouvoir, violence. De par son travail chorégraphique, elle cherche à donner vie à ces forces et toucher le spectateur par cette incarnation. Elle aime à dépeindre des psychologies complexes, dévoilant toutes ces petites aliénations et fragilités que l’individu essaie de taire. Elle tente d’aborder toutes ces intentions au travers d’objets chorégraphiques frénétiques, aliénants et sardoniques, pour illustrer le besoin de l’autre, du vivant et des passions, libérant une intention poétique.

 

Le romantisme

Depuis 2019, Sarah Baltzinger s’intéresse au romantisme et en quoi ce mouvement de rupture culturelle vis-à-vis des institutions académiques du XVIIIème et XIXème siècle représente un enjeu fondamental de notre héritage culturel. Ce mouvement artistique, souvent considérée comme une allégorie brûlante de l’actualité, s’inscrit dans des enjeux philosophiques, sociologiques, politiques, culturels et artistiques permettant aux artistes de l’époque de se positionner quant au système mis en place et de défendre des valeurs inhérentes à l’éveil spirituel et émotionnel. Elle s’inspire de la philosophie de ce mouvement et des grandes oeuvres des artistes romantiques pour venir nourrir sa réflexion, lui permettant de questionner le monde qui l’entoure face à l’accélération de la révolution numérique.

 

 

FURY by André Nitschke

L’approche artistique

Le travail chorégraphique de Sarah Baltzinger se caractérise par une signature chorégraphique singulière, organique et souvent vertigineuse. Elle utilise le corps comme un outil complexe de possibilités visant à déformer et détruire l’approche naturelle du mouvement pour créer des états de corps étrangement anormaux. Elle illustre avec brutalité, rondeur et précision, un parcours émotionnel qui pousse les corps à la désarticulation, explorant les limites physiques, les contrastes et contradictions. Valorisant les corps dans leur beauté et leur singularité, le mouvement de Sarah Baltzinger s’inscrit dans une démarche authentique et viscérale.

 

 

 

 

L’artiste s’intéresse au décloisonnement de la danse et son frottement à d’autres disciplines, notamment avec les arts plastiques, l’univers digitale et la musique live. Avec le compositeur Guillaume Jullien, l’artiste chorégraphique pense le mouvement en lien étroit avec les sonorités, naviguant entre le sound design, la musique classique et la techno underground, dans un rapport singulier de performance live.

Elle envisage l’espace public comme une perspective immense de créativité, et s’inscrit dans une démarche visant à faire voyager ses créations du plateau à divers lieux appartenants à l’espace public ou culturel. Cherchant à ouvrir les perspectives de représentation, elle tend à considérer chaque acteur vivant ou plastique comme un élément essentiel de l’objet artistique et s’intéresse aux multiples strates de lecture que peuvent offrir un objet de création artistique.